Du 8 au 10 novembre 2006, l’UNESCO a organisé le premier séminaire international sur l’utilisation de la planification de l’espace marin comme outil de mise en œuvre d’une gestion et d’une utilisation écosystémiques de la mer.

Le séminaire était une initiative de coopération entre la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO et le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) de la Division des sciences écologiques et de la Terre.

Environ 50 participants en provenance de plus de 20 pays ont participé en raison de leur expérience pratique dans la gestion de l’utilisation de la mer, la planification de l’espace marin et le zonage de l’océan.

L’objectif du séminaire était d’examiner et de documenter des exemples de bonnes pratiques dans le domaine de la planification de l’espace marin à travers une série de présentations et de discussions thématiques sur les différents éléments du processus de gestion, par exemple l’autorisation, la recherche, la planification, l’analyse, la mise en œuvre, le suivi et évaluation, les accords institutionnels et le renforcement des capacités.

  • Le zonage n’est qu’un des outils de la planification de l’espace marin et de gestion de l’utilisation de la mer. Les applications réelles comprendront une combinaison de mesures de contrôle, y compris des incitations réglementaires et non réglementaires, par exemple des incitations économiques et une assistance technique ;
  • L’implication précoce et continue des parties prenantes dans un processus de gestion clair est essentielle à la réussite, et instaure une confiance et une appropriation du processus de planification de l’espace marin ;
  • Le suivi et l’évaluation sont des éléments essentiels du processus de planification de l’espace marin ;
  • L’intégration de la dimension humaine dans la planification de l’espace marin exige la même diversité de disciplines et de perspectives que l’approche écosystémique relative à l’environnement biophysique ;
  • Des données complètes et spatialement explicites sur les caractéristiques des écosystèmes, les utilisations humaines et les juridictions en haute mer sont requises. Ces données ne sont pas facilement disponibles pour la plupart des zones marines et peuvent être coûteuses et longues à recueillir ; et
  • Les décideurs ont peu de chances de voir la nécessité d’une planification de l’espace marin tant que ses avantages ne seront pas mieux documentés.

Les discussions et conclusions sont détaillées dans le rapport du séminaire, Visions pour un changement marin (Visions for a Sea Change), et le résumé de la conférence publié dans la revue Marine Policy.

Une édition spéciale de la revue Marine Policy sur le rôle de la planification de l’espace marin dans la gestion et l’utilisation écosystémiques de la mer a été publiée en septembre 2008.